Logo Triangle génération humanitaire

FAIRE
UN DON

OFFRE D'EMPLOI
"Coordinateur/Coordinatrice Consortium - RCA"



Information clé

Pays : RCA - poste basé à Bangui, avec des déplacements réguliers en Vakaga et dans la Bamingui Bangoran

Durée : contrat de 12 mois (renouvelable)

Prise de poste : début novembre 2021

Conditions : contrat salarié, salaire mensuel brut de 2 300 € à 2 800 € selon expérience, per diem mensuel 580 €, prise en charge d'une couverture médicale à 100% + assurance rapatriement + prévoyance, prise en charge du logement et du transport international et local dans le cadre de la mission, repos tous les 3 mois.

Plus d'informations sur www.trianglegh.org, rubrique "Recrutement".

Possibilité de départ en famille : non.

Présentation de Triangle Génération Humanitaire

"Acteur d'une solidarité durable et partagée"

Créée en 1994, Triangle Génération Humanitaire (TGH), association française de solidarité internationale basée à Lyon, élabore et met en œuvre des programmes d'urgence, de réhabilitation et de développement dans les domaines de l'eau, de l'hygiène et de l'assainissement, du génie civil, de la sécurité alimentaire et des moyens d’existence, de l’éducation et de la protection. TGH travaille actuellement dans 10 pays d’Afrique, d’Asie, d’Europe et du Moyen-Orient.

Contexte

Considérée comme l’un des pays les plus pauvres au monde, la République centrafricaine (RCA) connait une crise humanitaire depuis de longues années. Cette situation est en partie la cause, mais aussi la conséquence, de la faiblesse de l’Etat et de l’instabilité politique chronique, souvent à base ethnique, qui secouent régulièrement le pays. Depuis mars 2013, les changements de régimes qui se sont succédé ont contribué à une escalade des violences intercommunautaires en RCA, multipliant les violations des droits de l'homme, les déplacements massifs de population, la destruction de biens et la perte des moyens de subsistance pour la population. A cet égard, le Comité permanent inter-organisations hisse la crise centrafricaine au niveau 3 de l’urgence humanitaire, ce dernier étant le plus élevé.

En 2020, 57% de la population de la RCA était en  besoin aigu d’assistance humanitaire Les besoins prioritaires regroupent l’alimentation, les soins de santé, l'eau, l'assainissement et l'hygiène, les abris mais également les articles ménagers de première nécessité. Dès mars 2020, la pandémie de COVID-19 est apparue en RCA, exacerbant les vulnérabilités des populations. Si les besoins humanitaires augmentent, les affrontements réguliers rendent difficile l’accès aux populations dans le besoin, et donc le travail des organisations humanitaires sur place. Le bilan humanitaire reste préoccupant, avec environ 400 000 personnes déplacées internes et 473 400 réfugiés centrafricains dans les pays voisins (Cameroun, Congo, Tchad, RDC) depuis décembre 2013.

Les élections présidentielles de décembre 2020 se sont tenues dans un climat de troubles qui persiste encore aujourd’hui.  Le président sortant Faustin-Archange Touadéra a été réélu au pouvoir.

Présentation de la mission

TGH a débuté son action en RCA en 2007 pour soutenir les réfugiés du Darfour, dans la préfecture de la Vakaga. Aujourd’hui, l’association intervient en Vakaga dans les secteurs de la sécurité alimentaire, de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement, ainsi que de l’éducation. Les projets qu’elle met en œuvre dans la préfecture sont notamment financés par l’Agence Française de Développement et par le Fonds Humanitaire.

Parallèlement, l’association a développé depuis 2011 ses interventions dans la préfecture de la Ouaka.

A Bangui, où le phénomène des enfants des rues (EDR) connait une progression alarmante, les services de l’antenne mobile mis en place depuis 2014 par TGH garantissent aux enfants un accès à des services socio-éducatifs et médicaux de base, et participent au processus de réunification familiale et de placement en famille d’accueil. TGH travaille en partenariat avec la Fondation de la Voix Du Cœur, ONG nationale majeure dans la protection de l’enfance, et en lien avec les acteurs institutionnels concernés par ce public.

La mission globalement est financée à hauteur de 3,5 millions d’euros par différents bailleurs de fonds, dont les principaux sont le FH l’AFD, et l’UNICEF.

L’équipe actuelle est composée de 18 personnels expatriés et d’environ 110 personnels nationaux, répartis sur les différentes bases opérationnelles (Bangui, Bambari et Birao). L’équipe de Bangui est constituée à ce jour de 10expatriés et d’environ 30 personnels nationaux.

Présentation du projet

TGH, leader du consortium, assure la représentation du projet. Le consortium se compose de 2 ONG (TGH, Première Urgence Internationale (PUI)) qui sont déjà actives sur les problématiques du projet dans le Nord-Est.
Objectif général : Améliorer la situation socioéconomique des populations du Nord Est afin de contribuer à la réduction des inégalités territoriales et à la construction de la paix.
Durée du projet : 4 ans
Concentration géographique : le long des axes les plus fréquentés (RN8/RN5, préfectures de Birao et Ndélé, chef lieux de communes, couloir de transhumance de Garba en Bamingui Bangoran, pourtours des parcs Manovo Gounda St Floris et Bamingui).
OS1 : Soutenir les acteurs étatiques et les dynamiques communautaires afin d'améliorer l'accès à des services de base de qualité
OS2 : Appuyer les populations dans la gestion des ressources naturelles et le développement de filières durables notamment autour des aires protégées
OS3 : Renforcer la résilience socioéconomique des ménages par un appui aux productions agricoles et à l’entreprenariat

Ce projet s’inscrit en préparation du projet d’appui au redéploiement et à la modernisation de l’action publique envisagé par l’AFD. En apportant des services de base de qualité et un accès à ces services, dans un cadre de gouvernance participative, ce projet appuie progressivement le redéploiement de l’Etat par la population, tout en contribuant à favoriser le maintien en poste et l’arrivée de nouveaux fonctionnaires et agents de l’Etat (FAE).

Les activités proposées s’inscrivent en complémentarité avec les projets existants dans les zones d’interventions (connectivité rurale, appui à la décentralisation, appui à la gestion des parcs nationaux, fonds Bêkou…) et les équipes de coordination des projets travailleront en étroite collaboration.

Les principaux groupes cibles visés seront identifiés lors de la ligne de base et sur des critères qui seront à la fois : i) sectoriels à travers les indicateurs socio-économiques de base (situation alimentaire et situation socioéconomique, et ii) statutaires (déplacés internes, femmes seules, enfants seuls / orphelins, famille d’accueil, communautés hôtes, retournés).

Dans le cadre de ce projet, les partenaires travailleront avec des organisations telles que des associations villageoises d’épargne et de crédit afin de permettre le transfert et le renforcement de compétences et ainsi pérenniser les acquis de l’action notamment dans l’appui à la structuration et à l’opérationnalisation des groupements et des coopératives de vente existantes, le renforcement des capacités d’investissement des agriculteurs et des petits acteurs économiques. Les associations de femmes seront également impliquées dès que possible notamment dans les plateformes de suivi des plans de développement local. Le recrutement du personnel travaillant sur les sites de mise en œuvre sera effectué conjointement avec les partenaires locaux et l’implication des autorités locales (comités de Gestion pour les FOSA, comités villageois, chefs de groupements/villages, etc.).

Poste

Le/la coordinateur/trice consortium, basé(e) à Bangui, assurera la bonne gestion et suivi du consortium TGH / PUI  pour le projet AFD dans le Nord Est de la RCA. Il/elle travaillera en étroite collaboration avec les coordinations de TGH et PUI (programme, administration, finance, ressources humaines et logistique). Il/elle s’assurera de la qualité et de la pertinence du projet, et donnera régulièrement des recommandations pour les activités et les analyses organisationnelles.  
Le/la coordinateur/trice consortium sera amené(e) à se rendre régulièrement dans les préfectures de la Vakaga et de Bamingui-Bangoran, zones d’intervention du consortium.
Sous la supervision du Directeur Pays TGH et en étroite collaboration avec l’équipe de coordination, les principales responsabilités du/de la coordinateur/trice consortium sont les suivantes :

1. Gestion du consortium

2. Coordination externe

3. Coordination interne

4. Rédaction des rapports, des propositions ou amendements du projet

5. Suivi budgétaire du projet

Ces responsabilités pourront être revues en fonction des évolutions des besoins sur le terrain.

Conditions de sécurité, de travail, et de vie

Le contexte sécuritaire impose le respect de règles de sécurité (couvre-feu, suivi des mouvements, etc.). Les déplacements sur le terrain en dehors des villes principales sont possibles mais nécessitent une analyse préalable. Les déplacements en ville ne sont en général pas sujets à restriction, sauf tension en ville. TGH est un acteur humanitaire connu et apprécié dans la zone. A Bangui, les expatriés disposent de chambres individuelles dans deux maisons partagées situées sur une concession où se trouve également le bureau. Une connexion wifi est disponible sur toute la base.

Profil