Logo Triangle génération humanitaire

FAIRE
UN DON

 

SOUDAN

Améliorer la sécurité alimentaire et
les moyens d’existence des ménages

DOMAINE D'EXPERTISE

Sécurité alimentaire et moyens d'existence

Sécurité alimentaire et moyens d'existence

FINANCEMENT

MAE

Comité Interministériel de l’Aide Alimentaire (CIAA)

BENEFICIAIRES

10 050
personnes

Du 01/05/2019 au 30/04/2020

12
mois

BUDGET GLOBAL

250 000
euros

Le Soudan, et plus particulièrement le Darfour, souffrent d'une instabilité sécuritaire découlant du conflit qui provoque encore aujourd'hui des mouvements de populations. Le dérèglement climatique et les conditions socioéconomiques accentuent l'insécurité alimentaire et la malnutrition des personnes les plus vulnérables.

Certaines localités bénéficient d'une stabilité qui permet d'envisager des interventions au-delà de l'aide humanitaire d'urgence. C'est le cas des zones de Bindizi et de Mukjar (Darfour Central), où TGH opère depuis plusieurs années une transition vers des projets intégrant une dimension durable.

Dans la localité de Mukjar, on observe depuis 2015 des retours constants de familles¹.  Ce programme s'inscrit dans une stratégie de résilience et de développement, tout en conservant un volet relatif à la sécurité nutritionnelle des familles les plus vulnérables, affectées en premier lieu par la crise économique actuelle.

Pour renforcer l'autosuffisance alimentaire, TGH distribue des semences de céréales améliorées, et des semences de légumes variés pour la saison hivernale. Des foires sont organisées pour la distribution d'outils.

De nouvelles sources de revenus proviennent de la création par les femmes d'Activités Génératrices de Revenus, auxquelles TGH apporte son soutien.

Des formations sur les techniques de culture et de propagation des semences distribuées sont mises en place pour consolider les capacités de production agricole. Une sensibilisation par le biais des femmes aux bonnes pratiques alimentaires de cuisine impacte positivement la situation nutritionnelle des ménages.

¹ 3 165 ménages rapatriés du Tchad voisin en 2015 et 2017, 93 ménages (environ 465 personnes) en décembre 2018, et 40 ménages (200 personnes) attendus en mai 2019.