Logo Triangle génération humanitaire

FAIRE
UN DON

REPUBLIQUE
CENTRAFRICAINE

Malgré les efforts de consolidation de la paix, la RCA s'enlise depuis la crise de 2012 dans un cycle de violences qui se sont étendues dans plusieurs régions du pays - y compris dans des zones considérées comme relativement stables - engendrant des besoins humanitaires croissants.

Les populations civiles sont les plus touchées par ce climat de violence. La situation globale d'insécurité et d'instabilité provoque le déplacement de nombreuses familles (estimées à 640 000 personnes en juillet 2018¹), sur les sites de déplacés internes ou dans les familles d'accueil.
Des dynamiques de retours sont pourtant en cours, preuve d'un apaisement, mais il est encore nécessaire d'assurer les besoins urgents des populations hôtes et déplacées, et de pallier le manque d'accès aux services de base.

Préfecture de la Ouaka

Des affrontements entre groupes armés, forces armées internationales, et forces armées centrafricaines continuent d'engendrer des mouvements de population. La préfecture de la Ouaka abrite le plus grand nombre de déplacés internes, exception faite de Bangui (près de 100 000 personnes selon la Commission Mouvements de Population). Le Plan de Réponse Humanitaire² classe la Ouaka en zone prioritaire en matière d'aide humanitaire d'urgence.
Les besoins sont importants, mais le contexte sécuritaire volatil entrave souvent les actions sur le terrain. La province présente donc un défi pour les acteurs humanitaires qui doivent à la fois assister des populations en situation d'urgence et accompagner les déplacés vivant dans les camps depuis plusieurs années.
La grande majorité de ces déplacés (81%) se concentre dans la sous-préfecture de Bambari, où les équipes de TGH sont présentes et développent une approche multisectorielle, tant vers les populations déplacées que les populations hôtes.

  • Eau, hygiène et assainissement (EHA)
    TGH répond à l'urgence sur les sites de déplacés par l'approvisionnement et la distribution d'eau par camions citernes (water trucking), la chloration de points d'eau et la maintenance du parc d'infrastructures sanitaires.
    Des aires sanitaires d'urgence sont mises en place dans les villages le long des axes, accompagnées de sessions de sensibilisation à l'hygiène. TGH réhabilite des forages, construit des latrines semi durables, des cabines de douches désagrégées, et des fosses à ordures.

  • L'éducation d'urgence
    Enjeu majeur en temps de crise, le maintien de la scolarité des enfants de déplacés et hôtes implique un accès à l'éducation primaire et un soutien psychosocial de qualité. Le renforcement des capacités de membres du corps enseignant, la construction de mobiliers scolaires, la réhabilitation d'écoles et la distribution de kits pédagogiques ont amélioré les conditions d'apprentissage.
    Des actions de sensibilisation à l'importance de l'éducation pour tous - et particulièrement pour les jeunes filles - ont été déployées en partenariat avec l'ONG Nourrir.
    Enfin, des installations ETAPE³ ont été mises en place pour apporter une réponse éducative d'urgence aux enfants de déplacés.

  • Sécurité alimentaire et moyens d'existence
    TGH s'est imposée comme un acteur majeur de la sécurité alimentaire, à la fois dans l'urgence pour les populations déplacées, et dans l'amélioration de la résilience des populations hôtes et retournées.
    Une assistance d'urgence a réduit les vulnérabilités alimentaires et économiques en dotant en semences vivrières et outils agricoles 300 ménages retournés et résidents. Les paysans et les ménages ont suivi des formations sur les itinéraires techniques et les pratiques agroécologiques (cultures vivrières et maraîchères).  Des formations ont également été dispensées aux agents auxiliaires vétérinaires et gestionnaires de centres vétérinaires.
    40 groupements de femmes ont reçu du matériel facilitant le transport des produits à vendre sur les marchés, et des activités génératrices de revenus ont été mises en place et renforcées auprès de 19 Associations de Parents d'Élèves et de 800 ménages.

Bangui

Selon l'UNICEF, si rien n'est fait pour lutter contre les inégalités, 167 millions d'enfants vivront dans l'extrême pauvreté dans le monde en 2030. Beaucoup d'entre eux vivent dans la rue, et à Bangui - bien que très peu d'études soient menées pour les dénombrer - ils seraient plusieurs milliers, en comprenant ceux qui effectuent des va-et-vient entre la maison et la rue.
Les causes de ces situations de rupture sont multiples, d'ordre sociopsychologique, économique ou familial, forcées ou volontaires (enfants chassés, enfants maltraités, manque de moyens de subsistance au sein du foyer…).
Les enfants des rues sont vulnérables, exposés à de multiples violences, à des abus commis par leurs pairs ou par des adultes (viol, vol, exploitation économique...), et à la consommation de drogues, la prostitution ou l'infection par le VIH/SIDA.
TGH développe un programme d'éducation/protection à Bangui, et à Brazzaville et Pointe Noire (République du Congo).
Les dispositifs publics orientés vers les groupes vulnérables - et plus particulièrement vers les enfants en danger - sont peu développés. Les organisations de la société civile nationale mobilisées sur cette problématique ont été très fortement impactées par les crises politiques, sécuritaires et économiques des dernières années. Elles manquent cruellement de moyens financiers, matériels et humains.
C'est le cas de la Fondation Voix du Cœur, association centrafricaine engagée pour la protection des enfants de la rue, qui participe aux maraudes organisées par TGH à la rencontre des enfants. Ces maraudes permettent d'établir un lien de confiance avec les travailleurs sociaux et d'initier un processus de réinsertion sociale et familiale. TGH s'attache à renforcer les capacités de ce partenaire, afin de lui transférer progressivement le dispositif.

Préfecture de la Vakaga

Point de départ géographique de la rébellion de la Séléka en 2012, la préfecture de la Vakaga est la première région à avoir subi les conséquences de la crise qui affecte encore la RCA. La région est délaissée par le pouvoir central, isolée géographiquement, économiquement, socialement et politiquement.
Très peu de services publics et d'infrastructures sont encore présents, et la densité de population est très faible. Le contexte sécuritaire connaît une amélioration certaine, mais les besoins humanitaires restent très élevés, et peu d'ONG sont présentes sur le territoire.
TGH mène actuellement des actions dans les secteurs de l'Éducation (seule ONG à intervenir dans ce champ d'action), et de la Sécurité Alimentaire.

  • Éducation / protection
    Deux axes ont été choisis pour répondre globalement et en totalité aux besoins en éducation de la Vakaga : un soutien matériel (construction d'écoles) qui assure l'accès à l'éducation dans un environnement sain et protecteur, et un soutien aux ressources humaines (actions de formation auprès des maîtres-parents) qui assure à tous une éducation de qualité.
    Une sensibilisation à l'importance de l'éducation - en particulier pour les filles - accompagne ces actions.

  • Sécurité alimentaire et moyens d'existence
    Des formations sur la gestion durable des ressources naturelles sont dispensées, notamment auprès d'apiculteurs et de groupements de femmes.
    L'amélioration de la santé animale s'appuie sur les centres vétérinaires et des campagnes de vaccination, en partenariat avec l'Agence Nationale de Développement de l'Élevage (ANDE) et la Fédération Nationale des Éleveurs Centrafricains (FNEC).
    La production agricole (maraîchage et grandes cultures) est valorisée pour améliorer les revenus des ménages, par exemple à travers un soutien à la multiplication locale des semences d'arachide, riz, sorgho et manioc.

¹Rapport de la Commission Mouvement de Populations

²  Les plans de réponse humanitaire (HRP) sont requis pour n'importe quelle crise humanitaire qui a besoin du soutien de plus d'une agence. Ils sont créés à partir de l'aperçu des besoins humanitaires, qui fournit les données de base et d'analyse de la magnitude de la crise et qui permet d'identifier les besoins humanitaires les plus urgents

³ Espace Temporaire d'Apprentissage et de Protection des Enfants : dispositif d'éducation d'urgence qui permet d'accueillir les enfants et leur proposer des activités récréatives.

PROGRAMMES EN COURS

Inauguration d'un local de vente de poisson, décembre 2018, Birao, Préfecture de la Vakaga

Programme d'aide économique aux producteurs

Sécurité alimentaire et moyens d'existence
  • Financement : Union Européenne, Bêkou
  • Bénéficiaires : 73 040 bénéficiaires directs
  • Durée : 24 mois - Du 01/12/2018 au 30/11/2020
  • Budget global : 6 468 160 €

En synergie avec quatre ONG internationales présentes dans le nord de la RCA, ce programme renforce les compétences des producteurs, les filières agropastorales porteuses, les marchés locaux, l'accès aux services et matériels adéquats et les mécanismes locaux de résolution pacifique des conflits.

Lire la suite...

Birao

Programme éducatif pour les enfants

Education et protection
  • Financement : Centre de crise et de soutien
  • Bénéficiaires : 11 425 bénéficiaires
  • Durée : 12 mois - 01/09/2018
  • Budget global : 400 000 €

En faisant des espaces d’apprentissage des environnements protecteurs et sûrs, TGH améliore la qualité de l’éducation délivrée en Vakaga.

Lire la suite...

Rentrée des classes, novembre 2018, Bambari, préfecture de la Ouaka

Programme de protection et d'éducation pour les enfants déplacés

Domaine d'expertise éducation & protection
  • Financement : Fonds Humanitaire
  • Bénéficiaires : 12 734 bénéficiaires
  • Durée : 10 mois - Fin le 31/03/2019
  • Budget global : 30 0000 $

TGH couvre les besoins des populations déplacées de la préfecture de la Ouaka dans le secteur de l'éducation, et intervient auprès des populations nouvellement déplacées à Séko pour des actions d’éducation dans l'urgence.

Lire la suite...

Parc de vaccinations de Birao

Aide alimentaire pour les populations vulnérables

Sécurité alimentaire et moyens d'existence
  • Financement : CIAA
  • Bénéficiaires : 18 725 personnes
  • Durée : 10 mois - Du 01/05/2018 au 28/02/2019
  • Budget global : 350 000 €

TGH renforce moyens de subsistance des ménages vulnérables pour améliorer la résilience des populations dans la préfecture de la Vakaga.

Lire la suite...

Forage alternatif - Ouaka- mars 2017

Aide multisectorielle pour les personnes déplacées

Domaine d'expertise multisecteur
  • Financement : Union européenne
  • Bénéficiaires : 18 725 personnes
  • Durée : 20 mois - Du 01/01/2018 au 31/08/2019
  • Budget global : 925 000 €

Ce programme développe une stratégie d'amélioration de l'accès à l'éducation et des activités dans le secteur de l'Eau, Hygiène et Assainissement (EHA), dans la continuité de l'intervention de TGH dans la mise en place de services pour les déplacés à Bambari et ses axes.

Lire la suite...

Distribution de semences vivrières à des producteurs

Aide alimentaire pour les populations déplacées

Sécurité alimentaire et moyens d'existence
  • Financement : Agence Française de Développement
  • Bénéficiaires : 220 000 personnes
  • Durée : 24 mois - Du 15/04/2017 au 15/04/2019
  • Budget global : 360 000 €

Ce projet est mené en consortium avec la Croix Rouge française, qui intervient sur Berbérati et l'action de TGH cible la sous-préfecture de Bambari. L'objectif de ce projet vise à apporter une assistance d’urgence et réduire les vulnérabilités alimentaire et économique des populations vulnérables de la sous-préfecture de Bambari.

Lire la suite...

Bénéficiaires de l'antenne mobile

Programme d'aide à la protection des enfants vulnérables
Projet commun République Centrafricaine et République du Congo

Education et protection
  • Financement : Agence Française de Développement / Union européenne / UNICEF
  • Bénéficiaires : Environ 4200 personnes
  • Durée : 36 mois - Du 01/05/2016 au 30/04/2019
  • Budget global : 995 112 €

Améliorer la protection et la réinsertion des enfants en situation de vulnérabilité par la sensibilisation et le renforcement des capacités d’intervention des acteurs publics et associatifs.

Lire la suite...

PROGRAMMES REALISES

Juin 2018 / Janvier 2019

Assistance d'urgence en eau, hygiène et assainissement aux populations déplacées

Ce programme améliore l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène pour améliorer l'intégrité et la dignité des personnes déplacées par la crise dans la préfecture de la Ouaka.

Lire la suite...

Mai 2018 / Janvier 2019

Assistance d'urgence aux besoins vitaux des populations déplacées

Ce programme met en place les services de base “life-saving” dans les zones de conflit et non couvertes par les acteurs de relèvement dans la préfecture de la Ouaka, afin d'apporter une assistance en eau, hygiène et assainissement améliorant l'intégrité et la dignité des personnes déplacées.

Lire la suite...

Octobre 2018 / Décembre 2018

Assistance d'urgence aux personnes affectées par la crise dans la Préfecture de la Ouaka

Afin de subvenir aux besoins de base « life-saving » ce programme approvisionne en eau les sites de déplacés par du camionnage, en complément des activités de pompage motorisé sur des forages et de gestion de points de chloration.

Lire la suite...

Aout 2018 / Octobre 2018

Intégration des enfants déplacés à Bambari dans le système d'éducation formelle

TGH travaille au renforcement des capacités matérielles, logistiques et humaines du système éducatif formel dans la Ouaka pour maximiser l'accès des enfants des communautés hôtes et déplacées à un environnement éducatif protecteur et de qualité.

Lire la suite...

Octobre 2017 / Février 2018

Assistance d'urgence et amélioration de l'accès à l'eau potable pour les populations hôtes et déplacées

Ce projet prévoit d'apporter une aide d'urgence aux populations hôtes et déplacées de la sous-préfecture de la Ouaka à travers un accès à l'eau potable adapté.

Lire la suite...

Avril 2017 / Février 2018

Améliorer le niveau de sécurité alimentaire dans la préfecture de la Vakaga

Ce programme développe une stratégie d'amélioration de l'accès à l'éducation et des activités dans le secteur de l'Eau, Hygiène et Assainissement (EHA), dans la continuité de l'intervention de TGH dans la mise en place de services pour les déplacés à Bambari et ses axes.

Lire la suite...

Janvier 2017 / Décembre 2017

Assistance d'urgence en eau, hygiène et assainissement aux populations déplacées

TGH apporte une assistance en Eau, Hygiène et Assainissement aux populations déplacées de la préfecture de la Ouaka, et améliore les conditions de vie des ménages retournés dans leurs villages sur les axes autour de la ville de Bambari.

Lire la suite...