Logo Triangle génération humanitaire

FAIRE
UN DON

 

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Programme de protection et d'éducation
pour les enfants déplacés

DOMAINE D'EXPERTISE

Domaine d'expertise éducation & protection

Education et protection

FINANCEMENT

Fonds Humanitaire

BENEFICIAIRES

12 734
bénéficiaires

fin le 31/03/2019

10
mois

BUDGET GLOBAL

300 000
dollars

La Ouaka reste à ce jour l'une des zones les plus touchées par les violences engendrées par la crise que traverse la République Centrafricaine (RCA) depuis 2012. Après une période d'accalmie début 2016 due à l'élection du nouveau président Touadéra, les tensions entre groupes armés ont repris, et des déplacements massifs de populations ont été observés, plus particulièrement vers les sites de Bambari. Entre décembre 2017 et janvier 2018, la Commission Mouvement de Populations (CMP) a recensé 5 013 nouveaux déplacés, pour un total de 91 451 déplacés dans la préfecture (61 055 sur sites et 30 396 en famille d'accueil).
Un tel contexte sécuritaire ne permet pas aux populations déplacées d'entamer un processus de retour. Les sites abritent des populations présentes depuis leur création (courant 2014), mais également des populations arrivées suite aux crises répétées dans la préfecture ou les préfectures voisines. Plus récemment, à la suite des affrontements survenus autour de la localité d'Ippy, la localité de Séko a subi l'arrivée de plusieurs milliers de déplacés, répartis sur deux sites d'accueil : en avril 2018, le site de Séko église comptait 4 526 personnes, et le site Séko centre de santé 2 053.
La présence de ces populations déplacées a eu un impact significatif sur le fonctionnement du système éducatif de la préfecture. Les écoles - déjà fragilisées par les crises répétées - n'avaient pas les moyens d'accueillir ces nouveaux élèves, ce qui a considérablement altéré la qualité de l'enseignement, déjà extrêmement modeste. Pourtant, la scolarisation de ces enfants est primordiale afin qu'ils ne deviennent pas une génération perdue.
TGH intervient dans les sites de déplacés de Bambari depuis 2014, et ses équipes sont à même d'appréhender la situation des enfants affectés par cette crise, en particulier ses répercussions sur leur éducation. Dans la continuité de précédents programme qui ont amélioré les conditions d'enseignement (réhabilitation d'écoles, construction de mobilier), et renforcé l'environnement éducatif (distribution de kits, formation du personnel enseignant, campagne de sensibilisation...), cette nouvelle intervention met en place à Séko des dispositifs d'éducation dans l'urgence de type ETAPE (Espaces Temporaires d'Apprentissage et de Protection des Enfants).
Enfin, TGH a constitué un stock de contingence d'urgence pour l'éducation, qui permettra de répondre rapidement aux besoins éducatifs des enfants en cas d'afflux massif de déplacés.