Menu outils Menu outils Recherche interne au site English version
Recherche interne au site English version
Rechercher dans le site           
Lancer la recherche

Résultat de la rechercheRefermer la recherche interne

Nos Actions

Kosovo 1999 …2001

En juin 1999, un accord de paix, entériné par le Conseil de sécurité de l'ONU, met fin à la guerre entre l'OTAN et la Yougoslavie. Les réfugiés kosovars accueillis par des familles en Albanie se mettent tous en marche vers le Kosovo. Le programme de Triangle Génération Humanitaire n'a plus lieu d'être et l'équipe implantée en Albanie suit les colonnes de réfugiés qui retournent vers leur région d'origine. De très nombreuses familles n'ont plus d'habitations ou celles-ci sont gravement endommagées.

TGH décide de travailler dans la région de Skenderaj (Nord du Kosovo), une des régions les plus touchées par la guerre. De septembre 1999 à janvier 2000, l'association reconstruit les toitures de 306 maisons et installe 450 systèmes de chauffage. Elle fournit également aux familles les ustensiles indispensables à la vie quotidienne.

En novembre 1999, TGH commence un programme d'aide psychosociale pour les enfants souffrant de traumatismes consécutifs à la guerre. Ce programme est complété d'une formation des animateurs sociaux. Il s'agit d'apporter aux enfants un soutien favorable à leur développement et à leur épanouissement par la mise en place d'actions socio-éducatives (activités récréatives et ludiques) et par un appui à leur environnement social et familial. Un travail d'accompagnement plus spécifique est engagé pour les enfants souffrant de traumatismes psychologiques et les plus marqués par la guerre sont orientés vers des services de prise en charge thérapeutique. Ce programme bénéficiera à 2 000 enfants.

TGH ouvre en septembre et octobre 2000 deux centres de ressources communautaires à Skenderaj (partie albanaise) et à Zubin-Potock (partie serbe). Ces centres doivent devenir des «lieux ressource», afin de promouvoir le développement et l'intégration des jeunes dans la société locale et dans le monde. Ces centres mettent en place des activités (éducatives, culturelles, sportives…) et les jeunes doivent s'approprier les lieux en prenant des initiatives et des responsabilités dans leur gestion et leur organisation.

Le programme commence en juillet 2000 par des travaux importants de réhabilitation des bâtiments (toitures, cloisons, peinture, électricité…), le recrutement et la formation du personnel (environ 35 personnes pour les deux centres), l'équipement des lieux (mobilier, bureautique, informatique…). Le centre de Skenderaj a ainsi ouvert ses portes le 12 septembre 2000 en présence de Bernard Kouchner (administrateur civil de l'ONU au Kosovo).

TGH effectue également de mai à juillet 2000, une enquête destinée à établir un état des lieux le plus précis possible sur la situation des enfants qui déambulent et travaillent dans les rues dans les zones albanaises et serbes du nord du Kosovo. Cette enquête donne lieu à l'ouverture d'un centre d'accueil de jour à Mitrovica pour apporter aux enfants qui travaillent dans les rues un accompagnement éducatif, social et psychosocial.

En avril 2000, TGH entame un programme d'aide au développement agricole dans la région de Vushtri. Il s'agit de relancer la culture de la pomme de terre et de permettre ainsi aux agriculteurs de démarrer une production génératrice de revenus. La fourniture de semences permet d'approvisionner les producteurs de la région en pommes de terre de consommation et en semences de 1ère génération.
Une formation pratique (utilisation des engrais et des semences) est proposée aux agriculteurs, ainsi qu'une sensibilisation au principe de redistribution d'une part de la production. Ce projet a également pour objectif de «fixer» les populations rurales dans leur région d'origine, donc de limiter l'exode vers les agglomérations. Ainsi, de février à avril 2001, des semences de pommes de terre et des engrais sont distribués à 3 000 producteurs de la région de Skenderaj.

En avril 2001, un second programme d'aide au développement agricole dans la région de Vushtri est mis en place : le soutien à la station vétérinaire. Ce soutien passe par un apport en matériel, équipement et formation professionnelle, et par la mise en place d'un programme d'insémination (3 000 semences). Un vétérinaire allemand, volontaire expatrié, assure une formation au centre vétérinaire de Vushtri.