Menu outils Menu outils Recherche interne au site English version
Recherche interne au site English version
Rechercher dans le site           
Lancer la recherche

Résultat de la rechercheRefermer la recherche interne

Nos Actions

Birmanie

La Birmanie (République de l'Union du Myanmar) est le plus grand pays du Sud-est asiatique. Longtemps dirigé par une junte militaire, le gouvernement engage depuis l'été 2011 un processus de transition sur la base de réformes politiques et économiques. De nombreux obstacles demeurent (persistance des conflits armés avec les minorités ethniques, situation alarmante des Rohingyas), et d'importants défis sont à relever (développement des services publics, réduction de la pauvreté dans un pays parmi les moins avancés du monde).

Les infrastructures sanitaires et d'accès à l'eau, ainsi que les services sociaux, de santé et d'éducation demeurent bien en deçà des besoins. L'accès aux denrées alimentaires est une difficulté quotidienne pour une majeure partie de la population.

Triangle Génération Humanitaire a ouvert une mission en Birmanie en décembre 2007, développant des actions d'aide d'urgence et de développement. Lors du passage du cyclone Nargis en 2008, qui a gravement touché le sud-ouest du pays (le Delta), l'équipe de TGH s'est mobilisée en participant à la réponse d'urgence.

L'action humanitaire de TGH en Birmanie s'est d'abord concentrée sur la réponse d'urgence et de post-urgence dans la région du Delta, puis à Rangoun sur des programmes d'appui à des structures d'accueil de personnes handicapées. TGH mène depuis octobre 2012 des programmes de sécurité alimentaire dans la zone montagneuse et enclavée de Matupi au sud de l'État Chin (ouest du pays) (avec des financements du ministère des Affaires Etrangères Français, de l'Agence Française de Développement, de la Fondation de France et de la Fondation Michelham). En partenariat avec l'ONG birmane Ar Yone Oo, ces programmes améliorent les conditions de vie, la résilience et les moyens d'existence des populations rurales isolées tout en soutenant la gestion des ressources naturelles. TGH s'est récemment associée au GRET¹ afin de mettre en œuvre un programme financé par l'Union Européenne pour les 4 prochaines années dans cette même zone.

¹ GRET : Groupe de Recherche et d'Échanges Technologiques

Programmes en cours

Amélioration des moyens d'existence, des revenus et de la résilience des populations vulnérables dans le sud du Chin et le nord du Rakhine

Pour améliorer les conditions de vie des populations rurales des états du Chin et du Rakhine, TGH met en œuvre dans le canton de Matupi au sud de l'État du Chin des activités d'augmentation de la production et des revenus agricoles, ainsi que de renforcement à l'accès et à la protection des ressources naturelles locales.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 40 000 bénéficiaires
 Durée : 48 mois 1/10/2016 – 30/09/2020
 Budget global : 5 000 000 €

 Financement

Logo EuropeAid-commission-europeenne
  • Financement : Union Européenne
  • Partenaires : GRET Logo GRET
  •  Bénéficiaires : 40 000 bénéficiaires directs, 68 500 habitants sur la zone d'intervention
Transport de la récolte de riz pluvial sur parcelle d'abattis-brûlis

Transport de la récolte de riz pluvial sur parcelle d'abattis-brûlis
Photo : TGH ©

L'État du Chin, situé à l'ouest de la Birmanie et caractérisé par son isolement géographique, compte 465 000 habitants et est identifié comme l'un des états les plus pauvres du pays. La majorité de la population dépend des activités d'agriculture et d'élevage pour sa consommation et ses revenus. De nombreuses études réalisées par des acteurs du développement soulignent la vulnérabilité économique des familles, qui résulte d'une gestion non-durable des ressources, d'une fragilité des services publics, ainsi que d'un accès faible aux savoirs techniques. La commune de Matupi, où TGH travaille en particulier, souffre d'une insécurité alimentaire chronique qui mène les foyers les plus vulnérables à l'endettement, alors que la population gagne l'un des salaires annuels les plus bas du pays. De plus, les états du Chin et du Rakhine sont fréquemment victimes de catastrophes naturelles : floraison de bambous entre 2007 et 2010 qui ont ravagé à plusieurs reprises les rizières, typhon Komen en 2015 accompagné de pluies et inondations... L'analyse des problèmes met en lumière l'insécurité des moyens d'existence due à l'isolement, l'insécurité alimentaire et nutritionnelle, la pénurie de nourriture chez les fermiers, l'impact négatif du changement climatique sur les activités économiques et agricoles, le manque d'informations et de services financiers disponibles, la rareté de l'eau potable en saison sèche, et enfin le manque de services de santé et de pratiques d'hygiène inappropriées.

Le présent programme - mis en œuvre par Triangle Génération Humanitaire dans l'Etat du Chin (Matupi) et par le Gret dans le nord de l'état ainsi que dans le Rakhine – concerne au total 8 000 familles (40 000 habitants) de 94 villages ainsi que des centres ville de Paletwa, Matupi et Kyauktaw. Présente dans le Chin depuis 2012, TGH agit principalement dans le secteur de la sécurité alimentaire et du développement rural. De son côté, le Gret a démarré des programmes de microfinance et de développement agricole dans le nord du Chin dès 1995, renforçant ainsi progressivement les capacités de l'Institution de Microfinance du Chin et du CORAD.

Rencontre avec les habitants lors du diagnostic agraire à Matupi

Rencontre avec les habitants lors du diagnostic agraire à Matupi
Photo : TGH ©

Afin de répondre aux problèmes que rencontrent les habitants des deux états en termes de sécurité alimentaire, d'opportunités d'emploi, d'accès au marché et de manque de services sociaux et d'investissement, le programme développe une approche multisectorielle incluant un support à l'agriculture et la nutrition, des actions d'accès à l'eau et à l'assainissement, le développement de services financiers, le soutien aux communautés et ONG locales pour l'accès et l'utilisation durable des ressources naturelles à travers un soutien à l'information et à un processus consultatif, au dialogue et à une sensibilisation au processus de paix. D'un point de vue opérationnel, une première série d'activités est dédiée aux études de faisabilité, à la construction de la stratégie et du plan d'action (diagnostic agraire, étude de marché et de chaine de valeurs, etc.). Le programme comprend deux principaux volets : la création de revenus et le renforcement des moyens d'existence d'une part, la résilience aux évolutions du contexte d'autre part.

Pour le premier volet, les activités permettant la génération de revenus incluent pour le Gret et TGH le développement d'infrastructures agricoles et la provision d'équipement, la dissémination d'innovations techniques améliorées et durables avec un accent sur l'agroécologie et l'agriculture sensible à la nutrition, un soutien aux jardins potagers, des services dédiés aux fermiers, et des activités de réduction des risques de catastrophes. Ces activités visent l'augmentation de la production agricole et des revenus, et une alimentation diversifiée.
Le Gret sera également en charge de l'établissement d'un marché de l'assainissement au niveau communal, de l'accès à une eau saine, de campagnes de communication, et de formations des autorités locales pour offrir aux familles un accès amélioré à l'eau potable et à l'assainissement, ainsi qu'à de meilleures pratiques quant à l'utilisation de l'eau et l'hygiène. Il prendra en charge la fourniture de services financiers durables par la conception et le déboursement de produits financiers adaptés, et la mise en place de mécanismes de gouvernance locale pour les services financiers prenant en considération les défis locaux.

Le second volet, dédié à l'amélioration de la résilience des ménages ruraux confrontés à des projets d'investissement et aux changements du régime foncier entend sécuriser et améliorer l'accès aux ressources naturelles. Des activités de sensibilisation, des formations, des actions pilotes communautaires, le soutien à des études et la documentation des ONG locales et organisations communautaires, la mise en place d'espaces de consultation et de dialogue visant le partage d'expérience, et des plans de plaidoyer seront développés.

D'une durée de 4 ans, ce programme implique les communautés de manière directe et sur le long terme, dès la phase de diagnostic initial et jusqu'au renforcement des organisations locales et communautaires. Un accompagnement durable et spécifique permet aux foyers de s'approprier les outils et les activités proposées.

Amélioration des capacités de résilience des populations vulnérables de l’État du Chin face aux risques climatiques

Améliorer les capacités de résilience des populations vulnérables de l’État du Chin face aux risques climatiques, en intégrant de nouvelles techniques adaptées aux conditions locales et reproductibles par les communautés bénéficiaires.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 2683 personnes
 Durée : 16,5 mois 01/04/2016 - 15/07/2017
 Budget global : 250 000 €

 Financement

Action-Humanitaire-France-CIAA-MAEDI-CDCS
  • Financement : CIAA
  • Partenaires : Are Yone Oo (AYO) Association non-gouvernementale birmane
  •  Bénéficiaires : Le présent programme cible 15 villages du canton de Matupi, pour 515 ménages, soit une population totale de 2683 personnes.
  •  Durée : Du 1er avril 2016 au 15 juillet 2017 (16,5 mois – dont 2,5 mois de suspension pendant la saison des pluies 2016)
Surfaces rizicoles recouvertes de débris et gravats

Surfaces rizicoles recouvertes de débris et gravats, canton de Matupi, État du Chin
Photo : décembre 2015 - TGH ©

Les populations du canton de Matupi, particulièrement pauvres et vulnérables face aux éléments naturels, ont jusqu'à présent mis en œuvre différentes stratégies de survie pour traverser les périodes de soudure récurrentes (emprunts menant au surendettement, migrations saisonnières dans des zones proches, migrations à l'étranger des jeunes adultes pour envoyer une partie de leurs revenus à leur famille restée dans l'État du Chin). Cependant, aucune de ces stratégies n'influence positivement la situation de la sécurité alimentaire des populations résidentes : les investissements dans le secteur agricole demeurent quasi inexistants, et l'alimentation reste basée exclusivement sur la consommation de céréales (riz).

Ces populations restent donc extrêmement vulnérables, et ont été sévèrement affectées par les dommages du cyclone Komen en août 2015.

L'objectif de l'action proposée est donc de diminuer la vulnérabilité des agriculteurs du canton de Matupi face aux risques climatiques, par la protection durable de leurs moyens de production et la diversification de leur alimentation.

Cet objectif se décline en 2 résultats attendus :

Consultation communautaire lors de la phase de démarrage

Consultation communautaire lors de la phase de démarrage, canton de Matupi
Photo : juin 2016 - TGH ©

  • Les moyens de production agricoles des paysans sont durablement rétablis.

    Le rétablissement progressif durable des moyens de production agricoles sera atteint par la réhabilitation et la protection des surfaces agricoles (retrait de gravats et débris), la rénovation et le renforcement des infrastructures d'irrigation (construction d'infrastructures plus solides et intégration d'une approche de réduction des risques), la fourniture d'équipements efficaces de préparation du sol, et l'installation de clôtures de protection des surfaces cultivées.
  • La production maraichère de contre-saison est développée, afin d'accroître la diversification alimentaire de la population

    La production maraîchère constitue un important levier d'amélioration de la sécurité alimentaire du canton de Matupi. L'irrigation et la protection des parcelles créent un potentiel maraîcher dans lequel certains foyers souhaitent investir. La fourniture de matériel d'irrigation (par exemple la fourniture de dix pompes d'irrigation) et la mise en place de parcelles maraichères soutiendront les initiatives de production de contre-saison, qui permettront de diversifier l'alimentation des populations locales.

Amélioration des conditions de vie des populations rurales isolées de l'Etat Chin

TGH œuvre à l'amélioration des conditions de vie des populations rurales isolées dans l'Etat du Chin et souhaite pérenniser les résultats des premières actions entamées depuis octobre 2012 dans cet Etat, en répondant à des besoins immédiats dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 3 984 personnes
 Durée : 45 mois 10/2013 – 06/2017
 Budget global : 393.835 €

 Financement

Logo AFD Logo FDF Fondation-Lord-Michelham
  • Financement : Agence Française de Développement, Fondation de France, Fondation Lord Michelham of Hellingly
  • Partenaires : AYO (Ar Yone Oo – ONG Birmane)

L'action de TGH s'emploie à développer la production de produits agricoles destinés à la vente (notamment le konjac) dans 15 villages du canton de Matupi.Ce programme permet l'augmentation des revenus pour les 130 familles impliquées, tout en valorisant les territoires villageois afin de renforcer et pérenniser l'impact du premier projet agricole mis en œuvre dans les villages ciblés en 2012-2013.

Hung Om, Daw Sang et Lin Nin (Superviseuse de terrain) préparent le matériel pédagogique en vue d'une réunion dans le village de Lung Tum /
Photos : Jonathan Domarle / TGH©

Réunion de restitution de l'étude sur la filière Igname Pied d’Eléphant et discussions
Photos : Mon Za Let / TGH©

Discussions pour la formation des équipes de producteurs
Photos : Jonathan Domarle / TGH©

Travail de cartographie lors d'un atelier de collecte de données dans le village de Pha Nai
Photos : Pai Hung Gei / TGH©

Une parcelle d'Igname Pied D’Eléphant
Photos : Jonathan Domarle / TGH©

Modèle de tranchoir à igname fourni aux producteurs grâce au projet
Photos : Jonathan Domarle / TGH©

Hung Om, Co-Responsable de Projet, prend des notes lors de la discussion avec le producteur
Photos : Dum Dawt Sang / TGH©

Un producteur d'Igname Pied d'Eléphant dans son champ
Photos : Hung Om / TGH©

Un producteur d’Igname Pied d’Eléphant dans son champ
Photos : Dum Dawt Sang / TGH©

Daw Sang, Superviseuse de terrain, prend des notes lors d’une discussion avec les producteurs
de Pha Nai / Photos : Mon Za Let / TGH©

Une parcelle d’Igname Pied D’Eléphant
Photos : Dum Dawt Sang / TGH©

Un producteur montrant le tubercule qui sera récolté
Photos : Jonathan Domarle / TGH©

Discussion entre l'agronome de TGH et des agriculteurs du village de Pha Nai
Photos : Dum Dawt Sang / TGH©

Vue de la vallée de la rivière Lemro
Photos : Dum Dawt Sang / TGH©

Découpe à la main d’ignames
Photo : Jonathan Domarle / TGH©

Découpe d’ignames avec tranchoir
Photo : Jonathan Domarle / TGH©

Séance de découpe d’ignames avec tranchoirs
Photo : Jonathan Domarle / TGH©

Hung Om, Daw Sang et Lin Nin (Superviseuse de terrain) préparent le matériel pédagogique en
vue d'une réunion dans le village de Lung Tum / Photos : Jonathan Domarle / TGH©

Photo précédente Photo suivante

L'action proposée vise 3 objectifs spécifiques :

  • Développer les sources de revenus agricoles de la zone,
  • Améliorer la gestion collective des territoires villageois,
  • Renforcer les capacités organisationnelles et opérationnelles du partenaire du projet.

Un diagnostic agraire a été réalisé en 2014 afin d'identifier les connaissances et les pratiques agricoles des paysans des 15 villages ciblés en ce qui concerne les cultures destinées à la vente. Parmi ces cultures, le konjac, aussi appelé igname pieds d'éléphant, est la plante présentant le meilleur potentiel de développement et de création de sources de revenus pour les producteurs. Cette plante, très prisée dans les pays asiatiques, se récolte traditionnellement dans les forêts des régions montagneuses du Chin.

Afin de mutualiser les connaissances des agriculteurs, TGH et AYO ont organisé des visites d'échanges permettant à chacun de comparer les pratiques et d'identifier les améliorations potentielles dans le processus de production. Par ailleurs, les équipes de TGH et d'AYO ont distribué 50 tranchoirs dans les villages afin de faciliter la découpe du konjac. Jusqu'alors la découpe était réalisée manuellement, opération jugée longue et fastidieuse par les agriculteurs.

TGH appuie la création de comités villageois dans une perspective de développement durable. Le canton de Matupi est régulièrement victime de désastres naturels (pluies torrentielles, tempêtes…) ou liés plus ou moins directement aux activités humaines (déforestation, incendies, érosion…). L'équipe de TGH a mené avec les villageois des activités de cartographie visant à répertorier les zones sensibles et les espaces à protéger (habitations, terres agricoles, rizières, routes…). En fonction des cartes établies pour chaque village, un plan d'actions préventives locales (reboisement, protection des ressources en eau, contrôle de la pratique d'abattis-brûlis...) sera défini et mis en œuvre courant 2015 dans les espaces ciblés.

Enfin, des sessions de formation en gestion de projet et aide à la mise en place d'outils techniques ont été dispensées afin de renforcer les capacités organisationnelles et opérationnelles du partenaire local.

 

Programmes réalisés

Amélioration de la nutrition et des capacités de résilience des populations vulnérables vivant dans les villages isolés du canton de Matupi, dans l'Etat du Chin.

Ce programme s'inscrit dans la continuité des actions menées en 2013-2014 par TGH à Matupi. Il a pour objectif d’améliorer la sécurité alimentaire en augmentant la production agricole des familles vulnérables dans 19 villages isolés de Matupi dans l'État Chin.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 10 026 personnes
 Durée : 13 mois 01/03/2015 - 31/03/2016
 Budget global : 200 000 €

 Financement

Logo MAE
  • Financement : Comité interministériel de l'Aide Alimentaire
  • Partenaires : AYO (Ar Yone Oo – ONG Birmane)

La zone de Matupi fait face à un déficit chronique de production alimentaire. La production de riz, principale denrée cultivée et consommée dans la zone, ne permet pas de couvrir la totalité des besoins annuels des foyers. Dans le canton de Matupi, les populations dépendent très largement des activités agricoles pour vivre. Les agriculteurs sont confrontés à des difficultés pour accéder aux crédits, acquérir des terres et acheter des intrants agricoles. Un grand nombre de foyers se sont endettés pour subvenir à leurs besoins alimentaires.

Dernièrement, des invasions de rongeurs et de fortes pluies ont causé des dégâts importants sur les parcelles cultivées qui ont dues être abandonnées parce que les agriculteurs ne disposaient pas des capacités d'investissement nécessaires à la réhabilitation des infrastructures (canaux d'irrigation, terrassement).

La priorité identifiée par les équipes de TGH est donc l'augmentation de la production de riz des familles vulnérables de l'État du Chin. Le projet permettra d'améliorer la sécurité alimentaire et les capacités de résilience des populations à travers 3 activités :

Amélioration des infrastructures d'irrigation

L'augmentation des surfaces de riz irriguées et de leur rendement nécessite un accès à l'eau régulier. TGH réhabilitera des infrastructures d'irrigation des rizières pour permettre la remise en culture des surfaces laissées à l'abandon et augmenter les capacités de production des agriculteurs.

Développement de la mécanisation 

Tout comme l'accès à l'eau, la disponibilité en équipements agricoles est un facteur qui limite fortement les capacités de production des agriculteurs. TGH fournira aux agriculteurs des équipements mécaniques performants afin d'améliorer les rendements en riz de la zone.

Protection des moyens de production rizicole

Les parcelles de riz ciblées par le projet se trouvent à proximité d'importantes zones de forêts où vivent des animaux sauvages qui endommagent souvent les parcelles. TGH apportera son soutien aux villageois dans la protection des récoltes contre les dommages causés par les animaux (piétinement, pâture, fragilisation de digues). L'installation de clôtures autour des terres cultivées permettra de réduire les pertes causées et augmentera directement la production alimentaire disponible dans les villages ciblés.

Amélioration des capacités de résilience des populations vulnérables vivant dans les villages isolés du canton de Matupi, dans l'État du Chin

Le croisement de plusieurs évaluations menées par TGH, son partenaire AYO ainsi que d'autres acteurs humanitaires en Birmanie (PAM notamment) a identifié l'état du Chin, et plus particulièrement le canton de Matupi, comme zone d'intervention prioritaire.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 3 446 personnes
 Durée : 16 mois 09/2013 - 12/2014
 Budget global : 330 000 €

 Financement

Logo MAE
  • Financement : Aide Alimentaire Programmée
  • Partenaires : AYO (Ar Yone Oo)

Ces dernières années, la population a mis en œuvre des stratégies de survie permettant de traverser les périodes de soudure (emprunts menant au surendettement, migrations saisonnières dans les zones proches, migrations à l'étranger des jeunes adultes qui envoient une partie de leurs revenus à leur famille…). Cependant, en l'absence d'investissements dans le secteur agricole, ces stratégies n'ont que peu d'influence sur la situation de la sécurité alimentaire des populations résidentes.

L'aide alimentaire distribuée durant les années précédentes n'a pas permis aux populations de renforcer leurs capacités de résilience face à la récurrence des chocs affectant la sécurité alimentaire des foyers.

La présence continue de nos équipes depuis octobre 2012 sur un programme de soutien à la sécurité alimentaire dans 13 villages du sud du canton - en partenariat avec l'association birmane Ar Yone Oo (AYO) et le soutien du CIAA - a permis de constater les besoins existants sur d'autres villages. Les villageois sont spontanément venus requérir l'intervention de TGH / AYO et la mise en œuvre d'activités similaires à celle du programme en cours.

Les critères de sélection des nouveaux villages ont notamment pris en compte leur caractère isolé et l'absence d'intervention humanitaire.

L'approche développée par TGH s'articule autour de deux objectifs spécifiques :

  • L'amélioration de l'accès aux denrées alimentaires, par la mise en œuvre d'activités « argent contre travail », qui fournissent un complément de revenus dans une zone où les opportunités d'emplois sont extrêmement rares. De plus, le transport de denrées alimentaires depuis la zone de Pakkoku (région Magway) étant désormais une pratique courante, ce complément permettra aux bénéficiaires de supporter le coût supplémentaire de cette alternative à l'approvisionnement local, qui jusque là obligeait les foyers les plus vulnérables financièrement à diminuer les rations ou les prises alimentaires quotidiennes pour faire durer leurs stocks.
  • L'augmentation des rendements agricoles, couplée à une diversification des pratiques culturales par la mise en place de solutions pérennes (remise en état et extension de canaux d'irrigation, fourniture d'intrants agricoles, protection des terres cultivées, formation des paysans). L'impact de ces activités sur les rendements agricoles sera mesurable dès la saison agricole 2014. Les formations théoriques et pratiques dispensées aux paysans pendant le programme permettront quant à elles de pérenniser les résultats obtenus.

Pour l'ensemble des travaux et formations mis en œuvre dans le cadre de l'action proposée, TGH et AYO s'attacheront à utiliser et diffuser des technologies connues dans la région, et facilement reproductibles.

Amélioration de la sécurité alimentaire dans les zones rurales de l'État Chin

L'état Chin, à l'ouest du pays, est enclavé dans les montagnes qui forment les prémices de la chaîne de l'Himalaya. La topographie de la région, le terrain escarpé et le manque d'infrastructures rendent difficiles les échanges au sein même de l'état, et ont toujours été un frein à son développement.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 4 614 personnes
 Durée : 12 mois 10/2012 - 11/2013
 Budget global : 300 000 €

 Financement

Logo MAE
  • Financement : Aide Alimentaire Programmée
  • Partenaires : AYO (Ar Yone Oo)

Durant la saison des pluies, les glissements de terrain sont fréquents et impactent les cultures vivrières, les réseaux de distribution d'eau gravitaires et les voies d'accès. Les pratiques agricoles telles que les cultures d'abattis-brûlis¹ accélèrent la déforestation et augmentent la vulnérabilité aux glissements de terrain.

95% des habitants de l'état Chin dépendent directement ou indirectement de l'agriculture pour leur survie. La nature destructrice et non permanente des jachères écourtées et des pratiques d'abattis-brûlis sont la principale raison de l'appauvrissement des sols et des bas rendements agricoles. En 2007 une invasion de rongeurs a aggravé l''insécurité alimentaire, et en 2011, les pluies erratiques ont fortement impacté les récoltes de la partie sud.

En novembre 2011, nous avons été approchés par les cadres dirigeants de l'association locale Ar Yone Oo (AYO), pour la plupart originaires de l'état Chin, à la recherche d'une organisation internationale pour créer un partenariat et conduire une évaluation dans le sud de l'état. Le consortium TGH / AYO a effectué une évaluation dans 13 villages du township de Madupi, dont les résultats, et les discussions conduites avec les membres des communautés, ont permis de concevoir ce projet visant tout autant à répondre à des besoins à court terme qu'à s'attaquer à des problématiques de fond.

L'expertise développée par TGH sur les problématiques de sécurité alimentaire au Myanmar sera partagée avec l'association AYO, tandis que les membres de cette association feront bénéficier TGH de leur connaissance de l'état Chin et de leur proximité avec les populations.

L'amélioration de la sécurité alimentaire dans les zones rurales de l'État Chin nécessite une augmentation et une sécurisation des capacités de production des paysans via la protection, la réhabilitation et l'extension des terres arables, ainsi que l'amélioration des techniques agricoles et des systèmes d'irrigation.

Deux types d'ouvrages sont à considérer pour la riziculture inondée :

  • les canaux d'irrigation, permettant d'optimiser les cultures sur plus de 60 hectares de plantations.
  • l'aménagement de terrasses permettant d'étendre les surfaces cultivées. Nous projetons ainsi d'aménager l'équivalent de 20 hectares de plantations complémentaires.

La réalisation de ces ouvrages extrêmement exigeants en main d'œuvre (l'emploi de machines étant inadapté), reposera sur un système « Argent contre Travail », présentant de plus l'avantage de fournir des revenus aux foyers vulnérables à une période particulièrement cruciale. En parallèle de l'aménagement de rizières, des travaux de clôture des parcelles permettront de protéger les récoltes contre les dommages causés par les animaux.
Afin de renforcer significativement la production locale, 1200 paniers de semences de riz pluvial amélioré et 800 paniers de semences de riz pour culture inondée seront distribués dans les 11 villages pratiquant ce type de culture. 160 paniers de semences de maïs seront également distribués dans les 8 villages concernés.

Puisque les cultures alimentaires de base ne pourront pas, même avec une forte augmentation de la productivité́, satisfaire la totalité́ des besoins, des cultures de rente à forte valeur ajoutée feront également partie du projet. Les recettes dégagées fourniront les ressources financières nécessaires à l'achat de denrées durant la période de soudure.

La diversification des cultures, notamment avec le développement des cultures maraichères, permettra d'augmenter les disponibilités des denrées. L'introduction de telles cultures à une échelle supérieure aux jardins de case actuellement pratiqués devrait permettre d'améliorer le statut nutritionnel des populations et offrir une source de revenus supplémentaire.

Des formations techniques seront dispensées aux paysans, pour accompagner et favoriser l'introduction de ces nouvelles pratiques agricoles. Le renforcement des capacités des organisations de producteurs ainsi que la gestion des ressources naturelles seront au cœur de ces formations, l'objectif étant la mise en place de dispositifs communautaires favorisant la relance des activités rurales. L'accent sera également mis sur un juste équilibre entre les cultures vivrières autoconsommées, les jardins maraichers et les cultures vouées à être commercialisées.

Cet accompagnement technique sera complété́ par une sensibilisation à la gestion adaptée des ressources naturelles, notamment le développement de l'hydraulique agricole (périmètres irrigués), les aménagements pour la conservation des sols, les mesures de conservation et de valorisation de la forêt. Une dizaine de paysans par village participeront à ces sessions de formation et seront chargés de relayer les techniques auprès des autres villageois, afin de permettre l'émergence de paysans expérimentés et à l'approche innovatrice.

¹L'agriculture sur abattis-brûlis est un système agraire dans lequel les champs sont défrichés par le feu qui permet un transfert de fertilité puis sont cultivés pendant une période brève pour être ensuite mis en jachère, le plus souvent forestière, à longue révolution (friche forestière). Existant depuis la préhistoire, cette agriculture extensive itinérante peut conduire à une dégradation durable des sols. (Wikipedia)

Amélioration des services sociaux délivrés par les associations locales envers les personnes handicapées au Myanmar

Objectif : Améliorer l'assistance aux personnes handicapées délivrée par l'Eden Center par un accompagnement technique et un soutien aux projets de développement locaux.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Psycho-Social

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 3 600 personnes
 Durée : 31 mois 01/2011 - 07/2013
 Budget global : 525 K€

 Financement

Logo EuropeAid-commission-europeenne Fondation-Lord-Michelham
  • Financement : EuropeAid (75%), Fondation Lord Michelham of Hellingly

Les personnes handicapées figurent parmi les populations les plus vulnérables en Birmanie, du fait de l'exclusion sociale dont elles font l'objet et de la charge qu'elles constituent pour leurs familles en raison de leur faible accès à des activités professionnelles sources de revenus. TGH soutient l'Eden Center for Disabled Children (ECDC), acteur important du handicap en Birmanie, afin de renforcer et de consolider son efficacité et son autonomie. Ce programme s'inscrit dans les recommandations du établi par le Département du bien-être social (Social Welfare) :

  • Sensibilisation aux droits et besoins des personnes handicapées ;
  • Formation à une approche inclusive et participative du handicap ;
  • Développement des projets d'insertion communautaire (CBR) à travers la constitution de réseaux ;
  • Amélioration de l'accès aux services d'insertion ;
  • Campagnes de sensibilisation dans les médias ;
  • Développement de l'accès à l'éducation tout public des enfants handicapés,

Ce programme a pour objectif général de contribuer à fournir une assistance adéquate en faveur des personnes handicapées (services médicaux et paramédicaux, intégration sociale et économique), et en particulier d’améliorer l'assistance délivrée aux personnes handicapées par la formation et le support de projets locaux de développement social.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • renforcement des capacités de l'Eden Center en matière de cycle de gestion de projet, de gestion budgétaire, de conception de projets et d'activités génératrices de revenus, afin d'accroître l'autonomie financière de la structure ;
  • amélioration de l'impact des activités de l'Eden Center (ECDC) en faveur des personnes handicapées par un renforcement des capacités techniques du centre et la création d'un département de recherche ;
  • amélioration de l'intégration sociale et promotion des droits des personnes handicapées par le biais de projets d'insertion communautaire (CBR) et de diverses activités de formation destinées aux personnes impliquées dans la gestion du handicap.

Soutien aux personnes déplacées et aux communautés hôtes des zones de Dala et Seikyi Khanaungdho par l'amélioration des services de santé, d'eau, d'assainissement et des conditions économiques.

Les townships de Dala et Seikyi Khanaungdho sont deux zones situées à la périphérie de Yangon, dont la population (176 600 habitants), est victime d'une grande vulnérabilité socio-économique. Bien que proches de la capitale, leur accès est rendu difficile par l'absence de pont, un bateau étant nécessaire pour y parvenir.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Wash Psycho-Social

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 5 000 personnes
 Durée : 30 mois 01/2011 - 06/2013
 Budget global : 1 665 K€

 Financement

Logo EuropeAid-commission-europeenne

Les conditions environnementales particulières (marais et île) complexifient les tentatives de développement urbain et économique et favorisent la recrudescence des maladies hydriques. De plus, ces facteurs impliquent un prix raisonnable des biens de première nécessité, qui a encouragé, depuis les années 80, l’immigration de nombreuses populations déplacées du fait de conflits ou de raisons économiques. Le tissu social en a été fragilisé, et la vulnérabilité des communautés aux aléas économiques et sanitaires aggravée. Les opportunités d'emploi sont peu nombreuses et la plupart des habitants dépendent de l'économie de Yangon. Les coûts journaliers de transport pour joindre la capitale constituent un fardeau d'endettement pour les familles vivant à la périphérie et dépendant de l'économie informelle. TGH s'attache à soutenir l'émancipation économique de ces ceintures de misère en facilitant le lien entre les marchés et la diversification des revenus.

Ce programme s'inscrit dans l'objectif n°1 du millénaire relatif au développement des moyens de subsistance des populations déplacées et des communautés hôtes des townships de Dala et Seikyi Kanaunghdo, notamment par l'amélioration des conditions de vie des populations à travers la mise en œuvre d'activités socio-économiques durables.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • diversification et renforcement de l'accès des familles vulnérables à des sources de revenus ;
  • création et consolidation des initiatives économiques locales.

Soutien à l'autosuffisance alimentaire et à la relance économique des populations vulnérables du district de Laputta en Birmanie

Présent au Myanmar depuis fin 2007, TGH œuvre sur la région du Delta depuis le cyclone Nargis. Notre action dans les districts de Kungyangon et de Laputta n’a eu de cesse de soutenir les moyens de production des différents secteurs économiques (riz, pêche, élevage, artisanat).

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire Génie-Civil

 Chiffres clés

 Durée : 9 mois 04/2011 - 10/2011
 Budget global : 255 K€

 Financement

Logo MAE
  • Financement : Aide Alimentaire Programme (MAE Français)

La crise traversée aujourd'hui par les systèmes agricoles et de pêche combine les conséquences du cyclone avec celles de politiques nationales instaurées antérieurement.

Les projets successifs ont toujours eu une double approche visant à restaurer le niveau de production (relance agricole, relance des activités de pêche…) afin d'améliorer les disponibilités alimentaires de la zone à moyen terme, tout en assurant des distributions alimentaires, garantissant ainsi la sécurité alimentaire immédiate des populations pendant la période de transition vers la restauration du tissu économique.
Des activités de « travail contre nourriture » (paiement en échange de riz selon le système traditionnel) pour la préparation des terres ou la réparation des infrastructures (ponts, routes, jetées) ont également été mises en œuvre afin de garantir un revenu aux travailleurs journaliers, privés des opportunités habituelles.

Malgré ces efforts, les besoins restent importants dans la zone du Delta, qui n'a pas retrouvé son niveau économique et de production agricole d'avant Nargis. En vue de soutenir les paysans pour relancer de façon pérenne les capacités de production et ainsi contribuer à la sécurité alimentaire des populations du district de Labutta, TGH envisage par le biais de ce nouveau projet d'intervenir de la manière suivante :

  • protection des cultures via la construction de digues et action préventive portant sur le contrôle des rongeurs et des maladies afin de sécuriser les récoltes ;
  • réduction de la période de soudure pour les foyers les plus vulnérables via des activités de « travail contre nourriture » ;
  • appui aux systèmes de production de semences locales (purification et multiplication) via la création de banques de semences ;
  • soutien aux pratiques de gestion ante et post récolte via un travail de labour adapté (motoculteurs) ;
  • formation technique vers l'introduction de pratiques améliorées de culture (pour réduire les coûts de production et augmenter les bénéfices).

Le projet bénéficiera directement à 10 000 personnes et indirectement à 20 000 personnes supplémentaires.

Restauration des moyens de subsistance pour les populations rurales de la zone du Delta

19 mois après le passage du cyclone Nargis, les principales sources de profits des populations (agriculture, pêche, élevage, pisciculture…) n'ont pas pu être restaurées du fait de l'accès difficile à la zone et du manque d'investissement.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire Génie-Civil

 Chiffres clés

 Bénéficiaires : 19 000 personnes
 Durée : 12 mois 01/2010 - 12/2010
 Budget global : 868 KUSD

 Financement

Logo LIFT
  • Financement : LIFT (Livelihood and Food security Trust Fund)
  • Nombre de bénéficiaires : environ 19 000 personnes
  • Zone d'intervention : 50 villages de la commune de Labutta

Le projet cherche donc à renforcer les productions agricoles des populations, afin de relancer le cycle économique, source de création d'emploi et de revenus avec l'objectif de réduire la vulnérabilité des populations et de renforcer leur sécurité alimentaire.

Pour ce faire, Triangle met en place plusieurs activités :

Relance économique

  • fourniture de 75 bateaux et 225 filets spécifiquement adaptés aux techniques de pêches locales afin de relancer le secteur de la pêche intermédiaire,
  • réhabilitation de digues permettant la sécurisation de 500 hectares de terres cultivables dans 50 villages, activité qui permettra l'emploi rémunéré de 156 personnes par jour et par zone,
  • fourniture de « bébés crevettes » pour relancer l'activité piscicole.

Relance agricole

  • fourniture de 250 buffles et motoculteurs pour permettre la préparation des terres et restaurer les cultures de riz,
  • fourniture de pièces détachées pour les motoculteurs et organisation de formation mécanique dans chaque village,
  • fourniture de semences de riz pour 5 000 acres ainsi que du fuel pour le fonctionnement des motoculteurs (une bonne partie de la préparation des terres se fait encore grâce aux buffles).

Diversification des revenus au niveau des familles

  • fournitures de 1 000 cochons aux ménages vulnérables pour relancer l'élevage familial,
  • fourniture de 4 000 kits de jardinage familiaux (outils et semences) pour permettre la culture de 2 acres par famille.

Soutien à la sécurité alimentaire dans les zones affectées par le cyclone Nargis - Réhabilitation de terres agricoles et d’infrastructures de proximité, appui au maraîchage - Districts de Laputta et de Kungyangon

Le passage du cyclone Nargis, mis à part avoir compromis la capacité de production des terres pour la récolte de 2008, a détruit ou endommagé la grande majorité des stocks de semences et de riz emmagasinés par les propriétaires fermiers et les travailleurs journaliers.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire

 Chiffres clés

 Durée : 7 mois 03/2009 - 10/2009
 Budget global : 486 K€

 Financement

Logo MAE
  • Financement : Ministère français des Affaires Etrangères – Comité interministériel de l'aide alimentaire

Sachant que la production de 2008 avoisine 30% seulement de la production habituelle, et compte tenu des dégâts provoqués par le cyclone, le recrutement et la rémunération (qui se fait en riz) des travailleurs journaliers s'annoncent problématiques pour les cultures de la prochaine saison des pluies.
La sécurité alimentaire reste vulnérabilisée par une absence de moyens de production et un accès à la nourriture difficile (jetées d'accès aux villages, ponts pour traverser les bras de rivière, routes sont endommagés) que les projets de développement viendront combler, avec cependant un décalage que nous nous proposons ici de pallier. L'objectif de TGH est de compenser l'interruption de l'aide alimentaire et d'améliorer la sécurité alimentaire des foyers les plus affectés par le cyclone Nargis par la mise en place d'un projet intégré à l'ensemble de l'action humanitaire de la région.

Les objectifs spécifiques de ce projet sont :

  1. Contribuer à la relance agricole dans les zones affectées par le cyclone Nargis afin de recouvrer la capacité de production agricole et permettre une récolte 2009 suffisante pour limiter la crise alimentaire ;

  2. Permettre aux populations affectées par le cyclone Nargis de gérer au mieux latransition entre l'aide alimentaire d'urgence et la phase de stabilisation / développement (arrêt de l'aide).

Les activités :

  1. Distribution alimentaire (Food for Work)
    Les rations alimentaires seront distribuées aux travailleurs une fois par mois pendant la totalité de la durée des activités soit 6 mois, correspondant à la période de travail de la saison des pluies.

  2. Travaux réalisés dans le cadre de l'action
    Dans les districts de Laputta et de Kungyangon, plus de 4 000 familles seront impliquées dans des travaux visant à améliorer les conditions de vie de l'ensemble de la population des 45 villages dans lesquels TGH interviendra.

    - Travaux d'aménagement des rizières :
    Les terres agricoles, dont la teneur en sel a été augmentée suite au cyclone demandent encore beaucoup de travail de préparation pour la récolte 2009 ; ainsi que les digues intérieures et les canaux d'irrigation. En tout, la surface cultivable des 45 villages dans lesquels TGH propose de mener son action représente plus de 22 000 acres (soit environ 9 000 hectares). Au total pour l'ensemble des 45 villages des districts de Kungyangon et de Laputta, environ 2 200 travailleurs seront mobilisés pendant 2 mois pour participer aux travaux de réhabilitation et de préparation des rizières. Durant les 4 mois suivants, des équipes de travailleurs assureront la maintenance des rizières.

    - Travaux d'aménagement des bassins d'élevage de crevettes :
    L'élevage de crevettes est une activité complémentaire pendant la saison sèche dans des zones où la salinité des terres est trop importante pour la culture, mais les installations et les bassins ont été fortement endommagés (sinon détruits) par le cyclone. Ces aménagements seront donc réalisés pour qu'ils puissent être opérationnels au début de la saison sèche.

    - Réhabilitation de ponts et de jetées :
    Lors de l'évaluation des besoins réalisée en décembre 2008 par l'équipe TGH,  plusieurs ponts et jetées en mauvais état ont été répertoriés et nécessitent des travaux de réparation ou de renforcement. Nous souhaitons impliquer de façon importante les communautés dans la réhabilitation de ces ouvrages publics qui sont indispensables à la reprise des activités économiques et sociales des villages. Ainsi, une participation pour la fourniture des matériaux de construction sera demandée dans chaque village, comme cela a déjà été fait par TGH à Kungyangon. 15 ponts et 23 jetées sont prévus d'être réhabilités. 5 ponts et 20 jetées dans le district de Laputta, ainsi que 10 ponts et 3 jetées dans le district de Kungyangon.

    - Réhabilitation de points d'eau :
    La majorité des points d'eau, source d'eau potable pour les villageois, sont pollués par des infiltrations et des ruissellements d'eau salée, et nécessitent encore des travaux de nettoyage et d'aménagement. Deux types de points d'eau seront réhabilités : puits (principalement dans le district de Kungyangon) et réservoirs (principalement dans le district de Laputta). 20 puits et 43 réservoirs sont prévus d'être réhabilités. 2 puits et 40 réservoirs dans le district de Laputta, ainsi que 18 puits et 3 réservoirs dans le district de Kungyangon.

    - Réhabilitation de routes :
    Beaucoup de routes, de fossés de drainage ont été très endommagés par le cyclone et peu de travaux de réparation ont été jusqu'alors entrepris. En tout, ce seront plus de 150 km de routes et de chemins qui seront améliorés dans les districts de Laputta et de Kungyangon.

  3. Distribution de semences pour le jardinage
    Environ 4 600 foyers des districts de Laputta et de Kungyangon recevront un assortiment de semences pour le jardinage. Ces assortiments de semences correspondent à une année de production destinée à la consommation familiale afin de soutenir la sécurité alimentaire du foyer. Certains plants issus de ces semences pourront par ailleurs être utilisés pour produire de nouvelles semences qui pourront ainsi être utilisées par les bénéficiaires les années suivantes pour maintenir cette production maraîchère d'appoint. En complément des semences, des engrais et des pesticides seront fournis aux différents foyers pour les aider dans cette activité (souvent déjà existante). Des formations seront assurées et des kits d'outillage seront fournis tous les foyers afin de faciliter les plantations

Assistance aux populations affectées par le cyclone Nargis dans l'union du Myanmar-Division de Yangon, Township de Kungyangon

Suite au passage du cyclone Nargis, l'équipe de TGH en Birmanie a lancé une première intervention d'urgence visant à distribuer des bâches plastiques pour la collecte des eaux de pluie aux populations sinistrées.

Afficher le détail Refermer le détail

 Domaine d'expertise

Agro-Secu-Alimentaire

 Chiffres clés

 Durée : 7 mois 05/2008 - 12/2008
 Budget global : 190 000 €

 Financement

Logo MAE Logo FDF
  • Financement : Ministère français des Affaires Etrangères, Délégation à l’Action Humanitaire - Ambassade de France - Fondation de France

Grâce au soutien de la Délégation à l'Action Humanitaire, de l'ambassade de France à Yangon et de la Fondation de France, ce programme inclut désormais :

  • La distribution de matériaux pour la reconstruction des abris à destination des personnes vulnérables n'ayant pu réunir les conditions d'une ré-installation.
  • Le soutien à la relance des activités génératrices de revenus (en particulier des foyers sans terre qui constituent les populations les plus vulnérables de la zone) : soutien aux cultures maraîchères par la mise à disposition de semences et d'engrais, soutien aux activités d'élevage (distribution de cochons et de canards), d'artisanat et de pêche (confection et distribution de filet).

Ce projet cible trois groupes de villages dans la zone de Kungyangon, qui a été fortement affectée par le cyclone. L'équipe de TGH demeure par ailleurs en lien permanent avec les différentes agences présentes afin de relayer les besoins observés sur le terrain et de réunir les moyens d'y répondre.

TGH effectue d'autre part un travail d'évaluation sur le secteur de la pêche, dramatiquement touché (flotte de bateaux et équipements détruits, population active décimée), afin de mettre en œuvre les actions permettant la relance pérenne de ces activités.

Dernière mise à jour le 30 janvier 2017